On a voyagé – Inde – Episode 2 – Nadiad (We traveled – India – Episode 2 – Nadiad)

Après une courte nuit (due à notre arrivée tardive), au froid, au puissant bruit de la climatisation et à notre lit aussi dur que du bois, il est l’heure de partir pour rejoindre la gare.

Et si on pensait qu’on avait tout vu avec le taxi, on n’avait pas encore découvert LE principal transport que l’on allait utiliser durant notre voyage, à savoir : le « tuk-tuk » (« auto rickshaw » en Inde en fait, le terme « tuk-tuk » c’est plutôt en Thaïlande, mais nous on préfère dire tuk-tuk donc on ne dira pas auto rickshaw 🙂 )

Oh mon Dieu ! Prendre un tuk-tuk c’est toute une aventure, le chauffeur navigue entre les autres tuk-tuk, les scooters, les voitures et même les piétons. En plus de ça, il n’y a pas de ceintures bien sur, et il n’y a pas de protection sur les côtés, autant vous dire que, en plus de prendre la pollution directement dans les poumons, on n’a pas intérêt à sortir les bras du véhicule. Croyez-moi il faut vraiment un temps pour s’habituer au trafic indien.

On finit par arriver à la gare, qui, tout comme l’aéroport, est immense. Il nous a fallu  faire tout le tour pour arriver au bon quai. Et c’est à ce moment-là, une fois arrivé devant notre train, que l’on retrouve enfin notre ami Dhiraj, et une partie de sa famille, dont sa mère et son frère (qui lui ressemble énormément, que ça soit physiquement ou vocalement).

Ensuite c’est parti pour 6 heures de train direction Nadiad, qui est la ville où se déroulera le mariage. Encore une nouvelle expérience de transport en Inde, le train, où il y a plus de personnes dedans que de places disponibles pour s’y asseoir. Heureusement notre wagon était équipé de la climatisation, ce qui nous a permis de ne pas souffrir de la chaleur indienne. Pendant les 6 heures de train, on a oscillé entre discussions avec Dhiraj avec qui on a rattrapé le temps perdu, 2 repas préparés par la famille de Dhiraj, ainsi que des siestes, car notre wagon possédait plusieurs couchettes. C’est dans ce train, pour la première fois, qu’on a bien ressenti qu’on était le centre de l’attention des Indiens, c’est assez intimidant tous ces regards qui se posent sur nous et on se sent vraiment isolés par moments.

Une fois arrivés à Nadiad, on se rend directement faire une séance de shopping pour me trouver une tenue décente et traditionnelle pour le mariage, le short ça ne se fait pas apparemment 🙂 . Après quelques minutes seulement dans le magasin, je trouve une tenue parfaite pour moi.

DamFinal

Une fois ma tenue trouvée, on rejoint le lieu où s’est réunie la famille de Dhiraj et on commence à faire connaissance avec le reste de sa famille, enfin surtout ceux qui parlent anglais 🙂 .

Et c’est après ceci, que vient LE premier instant flippant de notre voyage en Inde. Alors, pour définir tout d’abord le décor de la ville, détail qui a son importance, il faut savoir que l’on est actuellement en Inde la veille de la fête des couleurs (ou Holi, on en parlera en détail dans le prochain article). Et que la tradition veut que les habitants allument divers feux à plusieurs endroits de la ville et s’y regroupent, ces feux représentants, en gros, la destruction du mal.

Et donc le nombre d’habitants dans les rues, plus les feux allumés, fait qu’il est quasiment impossible de se déplacer en voiture à ce moment-là. Or, il nous faut aller acheter un habit traditionnel pour Jo afin qu’elle puisse assister au mariage autrement qu’en habit de touriste. C’est donc à ce moment-là que quelqu’un proposa qu’on y aille en scooter et à moto…oh mon Dieu. Parce que déjà le taxi et le tuk-tuk on ne faisait pas les malins, mais se déplacer en scooter et à moto, sans casque évidemment, ça nous a bien fait flipper ! Et donc nous sommes partis, chacun accroché à un conducteur, à zigzaguer dans les ruelles de Nadiad, entre les gens, les vaches et surtout les feux, qui te chauffent bien quand tu passes juste à côté, FLIPPANT !

Une fois arrivé chez le commerçant, et après avoir retrouvé nos esprits, on apprend que celui-ci a ouvert son magasin juste pour nous, merci à la belle-famille de Dhiraj, et on repart donc avec cette tenue superbe pour Jo.

JoFinal2

Une fois la tenue choisie nous voila repartis à bord de nos motos et, surprise, on arrive chez la belle-famille de Dhiraj où l’on rencontre la future mariée et ses proches. C’est le premier gros moment de convivialité que l’on a vécu ici, notamment autour de la pose de henné sur Jo.

On a pu profiter de cet instant pour discuter avec quelques membres de la belle-famille de Dhiraj, surtout les jeunes, et lui-même. J’ai même eu mon prénom en henné sur la main 🙂

Une fois cette petite pause terminée, on rembarque pour le lieu où se trouve la famille de Dhiraj pour un repas complètement indien et spicyyyyy, ça arrache 🙂  et la doyenne de la famille a même voulu me marier avec une Indienne ! Après ce bon repas, notre meilleur ami indien, Pratik (le frère de la future mariée), nous reconduits a notre hôtel et nous escorte même jusqu’à la chambre ou l’on a enfin pu aller se coucher après une looooongue journée parmi les Indiens.

Et demain, c’est Holi, la fête des couleurs !

Jo Dam

ENGLISH VERSION

After a short night (due to our late arrival), the cold, the powerful noise of the air conditioning and our bed as hard as wood, it is time to leave and reach the station.

And if we thought we had seen everything with the taxi, we had not yet discovered THE main transport that we were going to use during our trip, namely: « tuk-tuk » ( In fact it’s « auto rickshaw » in India, the term « tuk-tuk » is rather use in Thailand, but we prefer to say tuk-tuk so we will not say auto rickshaw :))

Oh my God ! Taking a tuk-tuk is an adventure, the driver sails between the other tuk-tuk, scooters, cars and even pedestrians. In addition to that, there are no belts of course, and there is no protection on the sides, so in addition to taking pollution directly into the lungs, you do not have interest in getting the arms out of the vehicle. Believe me it really takes a while to get used to Indian traffic.

We finally arrive at the station, which, like the airport, is huge. We had to go all around it to get to the right quay. At that point, once we arrived at our train, we finally found our friend Dhiraj, and part of his family, including his mother and brother (who resembles to him a lot, whether physically or vocally).

Then we leave for 6 hours by train in direction of Nadiad, which is the city where the wedding will take place. Another new transport experience in India, the train, where there are more people in it than places available to sit there. Luckily, our wagon was equipped with air conditioning, which allowed us to not suffer from Indian heat. During the 6 hours of train, we had some discussions with Dhiraj with whom we make up for lost time, we ate 2 meals prepared by the family of Dhiraj and we took naps, because our wagon had several berths. It was in this train, for the first time, that we felt that we were the center of the attention of the Indians. It is quite intimidating all those eyes on us, and we felt really isolated sometimes.

Once arrived in Nadiad, we go directly to a shopping session to find a decent and traditional clothe for the wedding, it seems that my short is not really appropriate 🙂 After a few minutes only in the store, I find a perfect outfit for me.

DamFinal

Once my outfit is found, we reach the place where the family of Dhiraj is gathered and we begin to get to know the rest of his family, especially those who speak English :).

And it is after this that comes THE first scary moment of our trip in India. So, to define first of all the state of the city, a detail that has its importance, you must know that we are currently in India on the eve of the festival of colors (or Holi, we will discuss it in detail in the next article). And that the tradition is that the inhabitants light several fires in several places of the city and gather there, these fires representing, basically, the destruction of the evil.

And so the number of inhabitants in the streets, in addition of the fires, make it almost impossible to move by car at that time. But we must go and buy a traditional dress for Jo, so that she may attend the wedding otherwise than as a tourist outfit. So it was at that point that someone proposed that we go there by scooter and motorbike … oh my god. Because already the taxi and the tuk-tuk we were not reassured, but to move by scooter and motorbike, without helmet obviously, it really scared us! And so we left, each one hooked to a driver, to zigzagged in the lanes of Nadiad, between people, cows and especially the fires, which warm you when you pass by, SCARY !

Once we got to the shopkeeper, and after a little time to recover, we learn that he opened its store just for us, thanks to the family-in-law of Dhiraj, and we leave with this superb outfit for Jo.

JoFinal2

Once the outfit is chosen we are back on board our motorcycles and, surprise, we arrive at the family-in-law of Dhiraj place where we meet the bride and her relatives. It is the first big moment of conviviality that we lived here, notably around the pose of henna on Jo.

We were able to take advantage of this moment to discuss with some members of the family-in-law of Dhiraj, especially the young people, and himself. I even had my first name in henna on my hand 🙂

Once this little break is over, we re-embark for the place where the family of Dhiraj is located for a meal completely Indian and spicyyyyy, its really strong 🙂 and the dean of the family even wanted to make me married an Indian girl ! After this good meal, our best Indian friend, Pratik (the brother of the bride), takes us back to our hotel and escorts us to the room where we finally went to bed after a looooong day among the Indians.

And tomorrow it’s Holi, the festival of colors !

Jo Dam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s